Valenciennes
Conseil en immobilier d'entreprise
Bureaux - Locaux d'activité - Entrepôts - Commerces - Terrains
Nos actualites

LOGISTIQUE : 2015, année record !

25 Janvier 2016

LOGISTIQUE : 2015, annee record !

En 2015, l’immobilier logistique en France a réalisé une performance record, avec plus de 2,6 millions de m² commercialisés, soit une hausse de 35 %. Ce phénomène s’observe sur l’ensemble du territoire, et plus encore sur la dorsale qui concentre 77 % de la demande. L’’Ile-de-France confirme son leadership avec plus d’un million de m² placés, soit une progression de 40 %  pour la deuxième année consécutive.

« Cette année encore, les chargeurs ont dynamisé le marché et plus précisément les acteurs de la grande distribution, à l’origine de 38 % des surfaces commercialisées.  Tout en poursuivant l’optimisation de leur supply-chain, les grandes enseignes ont également conforté leur prise de position sur le e-commerce, via une distribution multicanal ou l’absorption de pure-players d’origine»  explique Didier Terrier, Directeur Général d’Arthur Loyd Logistique « avec comme conséquence une augmentation des surfaces prises à bail et un niveau de clés-en-main élevé (40 % des surfaces consommées) ».

L’Ile-de-France illustre parfaitement cette tendance en accueillant 13 clés-en-main pour plus de 400 000 m². Le secteur Sud capte 50 % de la demande, dont les 2 plus importantes transactions (70 000 m² chacune) : clé-en-main d’Action à Moissy-Cramayel et JJA à Vaux-le-Pénil sur un bâtiment existant.

Les autres marchés de la dorsale ne sont pas en reste, affichant des volumes identiques, autour de 320 000 m² chacun. Pour le Nord Pas-deCalais et la région marseillaise, cela signifie un rebond de plus de 100 % grâce au retour d’opérations clés-en-main de grande taille (Carrefour ou Orchestra sur 55 000 et 50 000 m² dans le Nord, Maisons du Monde sur 96 000 m² à St-Martin-de-Crau, la plus grande transaction de l’année). Du fait de l’absence de grands clés-en-main et de pénurie de foncier, la progression est moins marquée sur le marché lyonnais. Mais avec 336 000 m² placés (+ 9 % en un an), on retrouve le meilleur niveau de commercialisation depuis 2008, grâce notamment à un premier semestre exceptionnel où les utilisateurs se sont rapidement positionnés sur les rares bâtiments de classe A disponibles tel But sur 59 000 m² à Pusignan.
Sur les marchés secondaires, la demande reste stable avec 623 000 m², dont 10 clés-en-main pour 315 000 m², les régions Centre et Pays de la Loire en tête de peloton.

L’érosion de l’offre sur l’ensemble de la dorsale s’accélère, notamment pour les surfaces de qualité ou de grande taille, en décalage avec la nature de la demande exprimée par les utilisateurs. En découle une légère pression à la hausse sur les valeurs.


Grande nouveauté : 2015 amorce le retour notable du blanc : les promoteurs renouent avec la confiance et les programmes reprennent depuis la région parisienne,  lyonnaise, en passant par le Nord ou le Havre. Ces chantiers, de 10 000 à 60 000 m², constituent un apport précieux à une offre asphyxiée et en manque de renouvellement depuis plusieurs années.
Ils ne seront toutefois par suffisants pour répondre à la demande. C’est la raison pour laquelle Didier Terrier anticipe un net recul de la commercialisation des surfaces logistiques pour 2016, sous l’effet mécanique de l’assèchement de l’offre disponible et adaptée.

 

Quant au marché de l’investissement, le montant de 1,8 milliard d’euros investis en 2015 (contre 1 milliard en 2014) atteste de l’attractivité intacte et même accrue de l’actif logistique. Dominé par des fonds d’investissement généralistes et anglo-saxons, le marché a été boosté par l’arbitrage d’une quinzaine de portefeuilles français ou paneuropéens (77 % des montants investis). Autour de 7 % en 2015, le taux de rendement prime est passé sous le seuil de 6 % en fin d’année.